> Collections du Musée > Les incontournables du Musée
 
numéro d'inventaire :
E.980.2.464
Facteur :
Jean-Baptiste Vuillaume (1798-1875)
Lieu de fabrication :
Paris
Date de fabrication :
Vers 1850

Chef de file de l’école française de lutherie au XIXe siècle, copiste surdoué, inventeur génial et commerçant particulièrement avisé, Jean-Baptiste Vuillaume marque la profession de son esprit vif et en permanente recherche. En moins de dix ans, il acquiert une réputation internationale que confortent ses liens avec les plus grands solistes et compositeurs de l’époque, tels Berlioz ou Paganini. Cette contrebasse appartient à la production dite des « Sainte Cécile ».

Les instruments dits « Sainte Cécile » sont l’œuvre des deux frères Vuillaume : Jean-Baptiste vernit des instruments fabriqués à Mirecourt par son frère Nicolas, apposant sur le fond de l’instrument un décalque de Sainte Cécile, patronne des musiciens, jouant de la viole. Cette série a vraisemblablement duré une douzaine d’années, entre 1843 et 1856.

Instruments de bonne qualité, mais plus abordables que les productions signées Jean-Baptiste Vuillaume, ces instruments étaient conçus afin de répondre au besoin des élèves. Leur vernis, rouge orangé, et la finition moins élaborée les distingue des instruments de premier choix.

Le Menuet composé par Michel-Richard Delalande est interprété sur la copie de la pochette du musée par Domitille Vigneron.

L’instrument du Musée de la musique

Description

Plusieurs instruments « Sainte Cécile » ont été ornés d’une peinture de Saint Ferdinand, saint patron de l’église des Thernes, paroisse dans laquelle Jean-Baptiste Vuillaume possédait une maison de campagne. Réalisée au dos de l’instrument, celle-ci est la reproduction d’un modèle d’Ingres exécuté pour la Chapelle de la Compassion à Paris en 1842 (dont le carton est conservé au Louvre). La ressemblance entre le saint et le duc d’Orléans s’explique par le contexte d’édification de la chapelle, hommage au prince héritier disparu prématurément en juillet 1842.

Cette contrebasse, réalisée à partir d’un patron de violon, possède des ouïes particulièrement droites. Le dos et les éclisses sont en érable ondé. La voûte est assez basse.