> Collections du Musée > Les incontournables du Musée
 
numéro d'inventaire :
E. 969.3.1
Facteur :
Neyen & Plicque
Lieu de fabrication :
Ourton, Pas-de-Calais
Date de fabrication :
Juin 1915

Surnommé « Le poilu » par Maurice Maréchal, ce violoncelle est un témoin exceptionnel de la fabrication d’instruments de musique par les soldats mobilisés pendant la Grande Guerre. Peu d’instruments « de campagne » sont aussi bien documentés (photos et carnets de guerre permettent de suivre son histoire).

Maurice Maréchal au front avec son violoncelle de campagne, © Musée de la musique

La violoncelliste Emmanuelle Bertrand découvre la copie du violoncelle de Maurice Maréchal, réalisée par le luthier Jean-Louis Prochasson. Film de Christian Leblé, Cinétévé.

L’instrument du Musée de la musique

Histoire

Premier prix du Conservatoire de Paris en 1911, Maurice Maréchal est mobilisé au tout début de la guerre ; il a alors 22 ans. En juin 1915, tandis que le régiment se trouve au repos à Ourton dans le Pas-de-Calais, deux menuisiers, Neyen et Plicque, lui fabriquent un violoncelle. Le 29 juin, Maurice Maréchal note dans son journal de guerre « Ai essayé le cello ce soir avec deux cordes seulement. Il sonne bien, – il est juste. Que dire de cette impression extraordinaire que j’ai eue en jouant le "Clair de Lune" de Werther dans une cour de ferme derrière l’église, assis sur une pierre, – quelques soldats debout en rond...». Maréchal note aussi que le violoncelle « a un son de viole de gambe ».

À plusieurs reprises, le violoncelliste a l’occasion de se produire en concert, notamment avec son ami André Caplet, devant les généraux du grand quartier général. Sa notoriété de musicien lui vaut de jouer devant généraux et maréchaux ; c’est ainsi que Foch, Mangin, Gouraud, Joffre et Pétain apposent leurs signatures sur la table de cet instrument de fortune. Soldat du 274e Régiment d’infanterie, Maréchal passe toute la guerre au front, dans des conditions qu’améliorent ponctuellement les occasions de jouer, sa réputation de musicien et la curiosité qu’attise la drôle de forme de l’instrument.

Dans les années qui suivent la guerre, Maréchal poursuit une carrière de concertiste au plan international. Il enseigne ensuite au conservatoire de Paris entre 1942 et 1963.

Description

Construit par deux menuisiers, Neyen et Picque, à partir de planches de caisse de munitions et de morceaux de porte, ce violoncelle comporte une volute assez sommaire. Seul le chevalet et le sillet ont été envoyés au front par la mère de l’artiste. Tout au long des combats, l’instrument suit le régiment dans un fourgon de ravitaillement, au-dessus des boîtes de conserve ou « déguisé en quartier de bœuf dans un sac à viande » (lettre du général Mangin).

État de jeu

Une copie du violoncelle « Maréchal » a été réalisée par le luthier Jean-Louis Prochasson et jouée lors du concert Deux musiciens dans la guerre enregistré à la Cité de la musique 10 avril 2011