> Collections du Musée > Les incontournables du Musée
 
numéro d'inventaire :
E.2111
Facteur :
Anonyme
Lieu de fabrication :
Italie ?
Date de fabrication :
Vers la fin du XVIe siècle

La bataille navale peinte sur la face interne du couvercle de ce clavicorde a imprimé son nom à l’instrument. Il s’agit vraisemblablement de celle qui vit, en 1571, dans le golfe de Lépante, la défaite de la flotte turque contre une coalition de puissances chrétiennes menées par la république de Venise et le royaume d’Espagne.

Depuis le milieu du XIVe siècle jusqu’à la toute fin du XVIIIe siècle, le clavicorde joua un rôle non-négligeable dans le monde musical, ses qualités sonores en faisant un instrument particulièrement adapté à la sphère intime.

Une caisse de bois rectangulaire supporte des cordes métalliques tendues sur sa grande dimension. Les touches du clavier se prolongent à l’intérieur de la caisse, portant à leur extrémité une lame de métal : la tangente. C’est elle qui frappe la corde et la met en vibration. La qualification du clavicorde « lié » vient de ce que plusieurs tangentes peuvent mettre en jeu un seul chœur de deux cordes.

Comme il n’existe aucun intermédiaire entre le doigt qui presse la touche et l’action de la tangente sur la corde, le clavicorde permet d’obtenir une très grande palette de nuances et d’émettre des sons brefs ou prolongés, grâce à un mouvement de doigt approprié. Le bebung (en français, « balancement ») est une technique propre au clavicorde, que permet le contact maintenu de la touche avec la corde : la modification de la pression du doigt sur la touche de l'instrument a pour effet de produire de légères variations de hauteur de son.

Le compositeur et organiste espagnol Antonio de Cabezon (1510-1566) a écrit de nombreuses Variations pour clavier, ou Diferencias. Duviensela. Diferencias sobre las vacas est interprétée par Gordon Murray.

L’instrument du Musée de la musique

Histoire

La datation et la localisation (Italie, voire Espagne ou Portugal) de cet instrument sont des hypothèses.

Description

Ce clavicorde comporte trente cordes doubles. Il s’étend sur trois octaves et une sixte, soit quarante-cinq touches.

Décor

Outre la fameuse bataille de Lépante peinte sur l’intérieur du couvercle, la caisse et l’extérieur du couvercle présentent des imitations de laque de Chine à motifs floraux et animaliers dorés sur fond rouge. L’intérieur des éclisses et le revers du rabat de clavier sont ornés de motifs floraux en rinceaux. Les touches en chêne sont soit plaquées d’ivoire à trois traits gravés (avec les frontons de touches sculptés), soit en bois noircis.