> Collections du Musée > Les incontournables du Musée
 
numéro d'inventaire :
E. 1750
Facteur :
Anonyme
Lieu :
Iran
Date :
XIXe siècle

La vièle à pique est un instrument largement répandu sous différents noms en Asie centrale. Connue dès le XIe siècle au Moyen-Orient, elle apparait en Iran autour du XVe siècle où elle est appelée kamanche. Son timbre profond et délicat est très apprécié en solo comme en ensemble.

La vièle à pique est composée de trois éléments assemblés :

La vièle à pique kamanche se tient verticalement, la pique reposant sur la cuisse ou sur le sol. Le musicien fait pivoter le manche et le plan des cordes devant l’archet – à l’inverse de la technique de jeu adoptée pour le violon.

L’extrait de la chanson populaire Gara guile enregistrée lors du concert à la Cité de la musique le 4 décembre 2002, est interprété par Eishan Mansurov sur une vièle à pique kamanche qui n’appartient pas à la collection du Musée.

L'instrument du Musée de la musique

Histoire

Cette vièle à pique kamanche aux décors en marqueterie alliant harmonieusement le métal cuivreux, le bois et l’os, provient du legs de Pauline Tarn (1877-1909). Plus connue sous le pseudonyme de Renée Vivien, cette poétesse née à Londres et installée à Paris en 1899, surnommée « Sapho 1900 », rapporte de ses nombreux voyages à travers le monde des instruments de musique, dont 32 figurent à l’inventaire de la collection Pauline Tarn au Musée de la musique.