> Collections du Musée > Les incontournables du Musée
 
numéro d'inventaire :
E.412
Facteur :
Anonyme
Lieu de fabrication :
Sénégal ou Gambie, Afrique de l'ouest
Date de fabrication :
XIXe siècle

La kora est l’instrument par excellence des musiciens professionnels mandingues (appelés griots), qui étaient autrefois attachés à une famille régnante et dont ils récitaient et chantaient les généalogies et exploits.

Les griots occupaient une importante fonction sociale, divertissant les hôtes de marque ou jouant un rôle de médiateur, d’intermédiaire, entre leurs protecteurs et le peuple. Aujourd’hui, ces musiciens se produisent pour la plupart lors de célébrations festives mais sont aussi invités à se produire lors de réunions privées.

Faire entendre la kora

L’instrumentiste joue assis, la kora tenue dressée face à lui. Les cordes sont pincées à l’aide du pouce et de l’index des deux mains.

Le musicien guinéen Mory Kanté, voyageant au-delà des frontières du continent africain, a fait découvrir la kora à l’Occident. Il appartient à une prestigieuse lignée de griots.

Sekou Kouyate interprète Mansane Cisse sur une kora n’appartenant pas au Musée de la musique. Concert filmé à la Cité de la musique du 16 octobre 1999

L’instrument du Musée de la musique

Description

L’instrument est un composé de la harpe et du luth. La caisse de résonance, formée d’une demi-calebasse recouverte de peau, est traversée par un manche en bois cylindrique.

Un chevalet cranté, vertical, repose sur un coussinet en tissu. Les dix-neuf cordes en boyau sont fixées sur le manche à l’aide d’anneaux de tension en fibre végétale. Le vernis de l’instrument, chaud, couleur orange-sanguine, est très lumineux.