> Collections du Musée > Les incontournables du Musée
 
numéro d'inventaire :
E. 999.20.1
Auteur :
École Française
Date :
Vers 1740 ?
Technique :
Huile sur toile
Dimensions :
129 x 97,5 cm (sans cadre)

La Pouplinière

Anciennement attribué à Andrea Soldi (1703-1771) puis à Carle Van Loo (1705-1765), ce portrait a pu être considéré comme étant celui de La Pouplinière, fermier général bien connu pour les concerts qu’il organisait chez lui à partir de 1739, rue de Richelieu et dans sa résidence champêtre de Passy. Cherchant à faire entendre un répertoire nouveau, il invitait chez lui des musiciens étrangers et faisait notamment connaître l’école de Mannheim à Paris. Musicien lui-même, La Pouplinière jouait de la vielle et de la guitare.
L’identification de celui-ci avec l’homme qui figure de trois quart sur le tableau, aujourd’hui regardée avec circonspection par manque de preuves, est due à la présence du tableau dans la famille des descendants de La Pouplinière jusqu’au début du XXe siècle. Les portraits avérés de La Pouplinière manquant, il reste tout aussi impossible de valider cette identification que de la rejeter.
Le portrait de femme dans le cadre ovale présente, lui, quelque analogie avec un autre portrait conservé de la première épouse du mécène conservé au Musée Antoine Lécuyer à Saint-Quentin, et pourrait plaider pour cette interprétation.

La flûte

Les particularités du costume à double boutonnage, et de la flûte traversière en bois, permettent d’esquisser une datation qui se situerait autour de 1740. Le choix de représenter une flûte traversière dans la main du personnage peut également étayer cette datation dans la mesure où l’instrument connait un grand succès dans les années 1730 – dont témoigne la parution de la méthode de Corette, mais aussi le succès de solistes comme Michel Blavet.