> Collections du Musée > Les incontournables du Musée
 
numéro d'inventaire :
E.979.2.1
Facteur :
Andreas II Ruckers
Lieu de fabrication :
Anvers, Belgique
Date de fabrication :
1646
Facteur :
Ravalé par Pascal Taskin
Lieu de fabrication :
Paris, France
Date de fabrication :
1780

Ce clavecin à double clavier somptueusement décoré est l’oeuvre de deux artistes renommés : successivement Andreas Ruckers et Pascal Taskin. Il porte ainsi la double trace de l’évolution des factures flamande et française. À ce titre, il est l’une des pièces les plus rares et précieuses de la collection du Musée de la musique.

Le clavecin apparaît dans les écrits scientifiques et dans l'iconographie dès le milieu du XVe siècle. Sa facture n’a cessé d'évoluer au cours des siècles, avec des particularités propres aux différentes écoles européennes.

Il appartient à la famille des instruments à clavier à cordes pincées ; ses cordes sont pincées par un mécanisme perfectionné, le sautereau, qui donne à cet instrument sa sonorité très particulière.

Ce deuxième recueil de Pièces de clavecin composé par Jean-Philippe Rameau (1683-1764) a été publié en 1724 chez Hochereau et Boivin, puis réédité en 1731 et en 1736 sous le titre de « Pièces de clavecin avec une table pour les agrémens ». Olivier Baumont joue sur le clavecin du Musée.

L’instrument du Musée de la musique

Histoire

Construit à Anvers en 1646 par Andreas II Ruckers, ce clavecin a été transformé puis ravalé par le Français Pascal Taskin en 1780 : l’excellente réputation dont jouissaient les clavecins de la famille Ruckers était telle qu’il était jugé préférable de transformer un de leurs instruments plutôt que d’en construire un neuf. Fleuron de la collection de la comtesse de Chambure, ce clavecin a été acquis par dation en 1979.

Description

Il comporte un jeu de 4 pieds et trois de 8 pieds, dont un jeu de buffle, et un jeu de luth, actionnés par six genouillères. Sa tessiture couvre 5 octaves (fa1 à fa5). L'instrument repose sur un piètement de style Louis XVI.

Décor

Il est entièrement décoré. La table d'harmonie est ornée de motifs floraux disposés entre les sillets et les chevalets dans une composition similaire aux autres décors de table flamands du XVIIe siècle. Le couvercle peint présente deux scènes inspirées de la mythologie antique : Athéna rendant visite aux Muses assemblées en concert avec Apollon, et Diane dansant avec ses suivantes. Au revers figure une allégorie des cinq sens. La caisse, dorée, est recouverte de grotesques habités de couples d'enfants musiciens et d'animaux, avec différents attributs des amours spirituels et sensuels. Ce décor du XVIIIe siècle est proche du style des décorateurs Berain et Audran, et serait antérieur au ravalement par Taskin.

État de jeu

Doté d’un fac-similé de mécanique, ce clavecin est toujours en état de jeu.