> Collections du Musée > Les incontournables du Musée
 
numéro d'inventaire :
E.2204
Facteur :
Jean-Baptiste Coeffet
Lieu de fabrication :
Chaumont-en-vexin, France
Date de fabrication :
Vers 1830

Le serpent doit son nom à la forme sinueuse donnée au tube sonore qui le constitue et qui permet d’en raccourcir la longueur et d’en faciliter le jeu. C’est un instrument à vent de la famille des cuivres.

Attesté dès la fin du XVIe siècle et essentiellement utilisé pour soutenir le chant à l’église, le serpent est introduit dans les orchestres militaires vers le milieu du XVIIIe siècle. En France, cette utilisation est particulièrement vivace pendant la Révolution et deux classes de serpent sont ouvertes dès la fondation du conservatoire en 1795. Le serpent sera progressivement remplacé dans les musiques militaires par l’ophicléide, lui-même supplanté par le tuba. Il demeurera en usage à l’église jusqu’aux premières années du XXe siècle.

Improvisation de Michel Godard sur le plain chant Victimae paschali laudes sur le fac-similé.

>

L’instrument du Musée de la musique

Histoire

Ce serpent provient de la collection Paul Cesbron, grand collectionneur parisien d’instruments de musique mort en 1921. En juin 1934, son fils, le docteur Henri Cesbron fait don de 422 instruments au Musée instrumental du Conservatoire national de musique et de déclamation – appelé à devenir l’actuel Musée de la musique.

Description

Ce modèle est proche des serpents d’église représentés sur les gravures du XVIIIe siècle. Il est constitué d’un tube en bois de noyer recouvert de cuir et d’un bocal en laiton dans lequel vient s’emboîter une embouchure. Le musicien souffle dans l’embouchure qui met en vibration le corps sonore, percé ici de 6 trous de jeu. Au XIXe siècle, des trous supplémentaires actionnés par des clefs sont ajoutés dans le but de faciliter l’intonation.

État de jeu

Le Musée de la musique a fait réaliser un fac-similé du serpent de Jean-Baptiste Coeffet, lequel a notamment été joué et enregistré par Michel Godard, tubiste, jazzman et professeur de serpent au Conservatoire nationale supérieur de musique et de danse de Paris.