> Dossiers pédagogiques > Repères musicologiques > Musiques du monde > Musiques > Musiques d'Afrique occidentale

Musiques des Peuls WoDaaBe

Musiques des Peuls WoDaaBe du Niger

En savoir + sur...

Contextes culturels : Afrique occidentale

Afrique occidentale
Mauritanie
Niger
Sénégal

Musiques : Afrique occidentale

Azâwân: musique des griots maures
Musiques des Peuls WoDaaBe

Instruments : Afrique occidentale

Ardîn
Bálá
Kora
Sabar
Tama
Tbal
Tidinît
Xalam
Une société nomade égalitaire

 

Les WoDaaBe du Niger font partie de la grande famille des Peuls (Fulbe ou Fulani), l’une des populations les plus importantes d’Afrique de l’Ouest. Répartis dans toute la zone sahélienne, du Sénégal au Soudan, les Peuls forment une constellation de groupes différents, pour la plupart sédentarisés ou ne pratiquant plus de transhumance que saisonnière. Les WoDaaBe, que l'on trouve aussi au Nigeria et au Tchad, partagent avec ces derniers la langue et les valeurs culturelles de l’élevage.


Mais demeurés strictement nomades et plus longtemps réfractaires à l’islam, ils forment aujourd’hui encore, contrairement à leurs frères sédentaires, une société organisée en lignages, sans distinction de catégories sociales, et à mode de pouvoir diffus, non centralisé. Aussi n’existe-t-il chez eux ni musique de cour, ni spécialistes de la musique. Alors qu’elle est le plus souvent devenue chez les Peuls synonyme de louanges aux notables, donc réservée aux catégories sociales de statut inférieur, la musique reste chez les WoDaaBe pratiquée par tout un chacun. Ainsi, leurs chants et danses cérémoniels représentent sûrement la survivance d’un ancien fonds culturel peul.


En tant que nomades, les WoDaaBe ne s’encombrent pas non plus d’instruments volumineux : hormis la flûte (duudaandu) ou la clarinette (odiliiru) en tiges de mil qui accompagne le jeune pâtre dans sa solitude, leur musique est avant tout vocale et collective.


Dans cette société patrilinéaire, c’est aux hommes qu’il revient d’exprimer l’identité de l’ensemble du groupe ou de son propre lignage par le chant. Répertoires féminins et masculins sont de ce fait distincts et toujours exécutés séparément.

page suivante >>

 
 Texte de Sandrine Loncke