> Dossiers pédagogiques > Repères musicologiques > Jazz > L'histoire du jazz par ses principaux instruments

Origine de l'instrument

Instrument à vent à anche simple, le saxophone relève de la famille des bois et non des cuivres malgré sa facture le plus souvent métallique. La famille brevetée par Adolphe Sax en 1846 et stabilisée vers 1850 comprend, de l'aigu au grave le sopranino en mi bémol, le soprano en si bémol, l'alto en mi bémol, le ténor en si bémol, le baryton en mi bémol, le basse en si bémol et le contrebasse en mi bémol (rarement usité). Tous répertoires confondus, le ténor et l'alto sont les deux saxophones les plus utilisés depuis cette période.
Alors que l'alto domine largement le répertoire « classique », le ténor s'affirme plus nettement dans le domaine savant contemporain, le jazz et les musiques populaires du XXe siècle. Plutôt rare dans le premier jazz de La Nouvelle-Orléans, le saxophone, alors présent dans les orchestres de danse et les brass bands, se généralise à partir de 1917 quand le jazz se développe vers les grandes villes du Nord et de l'Est. Bénéficiant de l'engouement du public, il détrône peu à peu la clarinette dans les ensembles avant d'égaler, puis de supplanter la trompette dans le jeu soliste. Devenu l'instrument roi du jazz des années 1950, le saxophone ténor en demeure, jusqu'à nos jours, l'un des principaux emblèmes.