> Dossiers pédagogiques > Repères musicologiques > Jazz > L'histoire du jazz par ses principaux instruments

Evolution des techniques et des matériaux

Présentation générale

La contrebasse appartient à la famille des cordes frottées. Elle est effectivement constituée d'une caisse de résonance, qui permet d'amplifier les vibrations provoquées par les cordes. Celles-ci sont attachées au cordier, en bas de l'instrument, et reliées à la tête de l'instrument (le chevillier). Afin qu'elles ne soient pas en contact avec la touche (la partie du manche tournée vers les cordes), les cordes sont relevées par le chevalet, petite pièce de bois ouvragée posée sur la caisse de l'instrument.

Le son de la contrebasse provient des vibrations du corps et du mouvement de l'air qu'il contient. Ce corps est composé de la table supérieure, du fond et des éclisses. La table et le fond sont reliés par une petite pièce de bois, appelée l'âme. L'air communique avec l'extérieur par les ouïes, des ouvertures en forme de f taillées dans la table. C'est le chevalet qui transmet la vibration des cordes à l'ensemble formé par le corps et la cavité d'air.

 Aperçu de la contrebasse dans le jazz, présentation de l'instrument, du chevillier jusqu'à la pique, avec plans de détail sur le chevillier, les ouïes, le chevalet et le cordier.

La contrebasse est présente en Europe dès le XVIe siècle. A cette époque, on la rencontre munie de trois, quatre, cinq ou six cordes. Au XIXe siècle, la plupart des contrebasses possèdent trois cordes. Il s'agit des cordes sol - - la (du plus aigu au plus grave). A partir du XXe siècle, on ajoute la corde grave de mi et les contrebasses à quatre cordes s'imposent.

Comme le violon, la contrebasse nécessite la coordination des mains du musicien, la main gauche appuyant les cordes sur le manche pour modifier la longueur sur laquelle elle vibre (donc définir la hauteur de la note), pendant que la main droite fait vibrer la corde, soit à l'aide d'un archetRegarder John Patitucci improviser à l'archet au sein du quartet de Wayne Shorter (concert du 21 janvier 2004 à la Cité de la musique), soit en tirant sur celle-ci avec les doigts. Appelée pizzicato, cette technique est celle que privilégient les contrebassistes de jazz depuis les origines de cette musique.

 Aperçu de la contrebasse dans le jazz, comparer une gamme en pizzicato et une gamme à l'archet.