> Dossiers pédagogiques > Repères musicologiques > Jazz

Duo Couturier - Pifarély

cité-jazz (18/02/1996)

Avec ce duo s'affirme une ancienne et durable connivence. Depuis le début des années 1980, les parcours respectifs du violoniste Dominique Pifarély et du pianiste François Couturier se sont croisés en de multiples points : du big band d'Eddy Louiss au Swing Strings System de Didier Levallet en passant par le Pandemonium de François Jeanneau, ce furent autant d'expériences communes qui devaient s'épanouir dans des collaborations plus personnelles, et plus assidues. Ce fut d'abord le Celea/Couturier Group, avec le contrebassiste Jean-Paul Celea et le batteur François Laizeau, puis le premier quartette du violoniste, avec Heiri Kaenzig et Wolfgang Reisinger. Et lorsqu'en 1992 il enregistre son deuxième disque, Dominique Pifarély fait encore appel à François Couturier. Cette nouvelle rencontre s'épanouit sur ce disque dans une version particulièrement intense, en duo, d'un thème de Thelonious Monk, Crepuscule with Nellie.

Pour le pianiste, le parcours débute à Tours, par des études de piano classique et de musicologie, suivies des première apparitions dans l'univers du jazz, notamment dans le groupe du batteur Jacques Thollot. C'est là qu'il rencontre Jean-Paul Celea pour de multiples associations musicales qui passeront en 1981-1982 par une participation commune au groupe de John McLaughlin et que prolonge le groupe Passaggio. Pour Dominique Pifarély, l'itinéraire part de Montreuil aux portes de Paris où il reçoit pour Noël 1963, et trois jours avant son sixième anniversaire son premier violon. Après un premier prix de Conservatoire, il succède à Didier Lockwood dans l'orchestre de Didier Levallet ; son association avec le contrebassiste se prolonge par un trio où le guitariste Gérard Marais les rejoint. D'autres expériences, avec Mike Westbrook, Denis Badault ou Louis Sclavis le conduiront à créer, en compagnie du dernier cité, l'Acoustic Quartet, avec le guitariste Marc Ducret et le contrebassiste Bruno Chevillon.

Au fil du temps, le duo de François Couturier et Dominique Pifarély dévoile de nouvelles connivences lors des concerts et aussi dans le cadre d'un travail effectué en direction du cinéma : à la demande de la Cinémathèque de la danse, ils ont réalisé une partition de deux heures pour accompagner La Sirène des Tropiques , film muet dont Josephine Baker est l'interprète principale. Leur langage se nourrit, intensément, de ce qui fonde la démarche musicale de chacun d'eux. L'un et l'autre portés à saisir l'évidence du chant et le lyrisme propre à leurs instruments, ils cultivent aussi les tensions, rythmiques, mélodiques ou harmoniques, qui donnent à toute musique sa profondeur et sa faculté d'émouvoir. De ce conflit fécond, sans cesse déjoué et rejoué, naît une intensité propre à une telle démarche : en circulant librement de l'écrit à l'improvisé dans l'intimité du duo, cette musique devient pour ses acteurs une expérience de chaque instant ; une expérience à partager, avec le public.

Xavier Prévost

[extrait des notes de programme]