> Dossiers pédagogiques > Repères musicologiques > Jazz

Martial Solal Trio

Domaine privé Martial Solal (01/03/2003)

 Ecouter le concert

Martial Solal fêtait en 2003 le cinquantenaire de son premier trio ! Depuis ses premiers disques personnels en 1953, en effet, c'est la formule à laquelle il s'est le plus régulièrement consacré et pour laquelle il a le plus enregistré. Celle aussi qui lui a valu d'être reconnu internationalement (Festival de Newport 1963)… À cette époque, son trio avec Guy Pedersen et Daniel Humair n'était rien moins que le groupe-phare de l'émancipation du jazz européen. En dix ans, le genre (car en jazz le trio est bien plus qu'un choix d'instrumentation) avait considérablement évolué : le contrebassiste et le batteur s'étaient délivrés de leur rôle traditionnel d'accompagnement, le terme « interplay » était devenu le maître-mot d'un triangle devenu en quelque sorte équilatéral sous l'impulsion des pianistes Ahmad Jamal et Bill Evans. Il est significatif que Solal ait souvent formé des trios avec des partenaires de ce dernier : le batteur Paul Motian, les contrebassistes Teddy Kotick, Marc Johnson et Gary Peacock. Car si le style de Solal semble aux antipodes de celui d'Evans, en trio cette différence s'efface un peu derrière un même souci extrémiste de cohésion, d'équilibre et d'intrication. Mais alors qu'Evans et ses innombrables disciples en jouent pour créer une perpétuelle tension dramatique autour de la mélodie et de l'harmonie, Solal s'en sert pour installer une atmosphère extraordinairement détendue, avant tout ludique et jubilatoire. Il est, en trio plus encore qu'en solo ou en big band, un pianiste du bonheur de jouer, du plaisir ascétique et extatique de l'improvisation. Avec François Moutin et John Riley, il considère son nouveau trio comme « fait pour durer, le plus intéressant que j'ai formé depuis celui des années 1960 »… Le public de la Cité de la musique a eu le privilège d'en découvrir le répertoire pratiquement inédit, avant la sortie chez Blue Note d'un album très attendu enregistré au Village Vanguard de New York.

Gérald Arnaud

[d'après les notes de programme]