> Dossiers pédagogiques > Repères musicologiques > Jazz

Mino Cinelu & Kenny Barron "Swamp Sally"

(17/11/1996)

 Ecouter le concert

 Regarder la vidéo du concert

Le duo, en jazz comme ailleurs, est un art singulier, périlleux, et soumis à mille déterminations que l'apparente simplicité du dispositif laisse à peine deviner. Lorsqu'un jazzman se produit au sein d'un groupe, il apporte évidemment le meilleur de lui-même, tout en sacrifiant la part de singularité qui ferait ombre au projet collectif. Le duo procède d'une autre démarche, et par quelque mystérieuse alchimie, fait le pari de donner à entendre, d'un seul geste, deux individualités associées dans une sorte d'identité duale. Mais le plus passionnant dans cette feinte trinité, ce n'est pas l'obscure et indécidable identité qui verrait le jour. Ce qui force l'attention, suscite la curiosité, le plaisir ou l'émoi esthétique, c'est l'infini de l'interaction, le jeu sans cesse rejoué d'un dialogue qui rêve d'une seule voix. De ce mouvement vers l'impossible, toujours en vue mais toujours à conquérir, Kenny Barron et Mino Cinelu ont fait leur horizon. Le pianiste Kenny Barron, styliste bebop formé au côté de Dizzy Gillespie, est à lui seul comme un emblème du jazz d'aujourd'hui. Accompagnateur recherché, il a traversé le passé récent de cette musique avec une suprême élégance, celle qui fait fi de l'ostentation. Développant avec chaque partenaire le langage qui convient, il acquiert une palette dont l'étendue laisse rêveur, et qui lui vaut d'être toujours d'une absolue pertinence, qu'il donne la réplique à Stan Getz ou au batteur Daniel Humair. Mino Cinelu partage avec son aîné cette faculté d'être en tout lieu l'homme de l'art: percussionniste, batteur, guitariste, et aussi vocaliste, il a choisi d'être chez lui dans tous les univers, pourvu que l'enjeu musical y soit incontestable. A Paris, avec Michel Portal ou Bernard Lubat, comme à New York, aux côtés de Miles Davis, Gil Evans, ou au sein du groupe Weather Report, il a cultivé l'aventure avec passion, et s'est nourri de l'effervescente fusion des sonorités qui anime le jazz depuis plus de vingt ans. Ce duo est à l'image de ce qu'il porte d'expériences : le parcours d'un pianiste qui incarnerait une sorte de "classicisme du jazz moderne", mais toujours en quête d'un ailleurs ; et la mémoire d'un multi-instrumentiste qui aurait fait de la pluralité des sources musicales et culturelles son étendard.

Xavier Prévost

[extrait des notes de programme]