Erreur sur la ligne 1 la position 2
Raison : Un caractère incorrect a été trouvé dans un contenu de texte.
Source : @

Le classicisme viennois

Esthétique

Compositeurs

Guides d'écoute

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

 

 
« Après Dieu, vient Papa »
 

L’enthousiasme pédagogique du père (1719-1787) déjà efficient sur sa sœur aînée (1751-1829) dont l’avance dans la pratique musicale constituait un modèle évident, concourut à la précocité et à la facilité de l’apprentissage de Mozart. Etayée par les voyages et les rencontres, cette perméabilité reste l’un de ses atouts majeurs dont témoignent la capacité de sa mémoire musicale et le développement d’un sens critique favorisant les synthèses et les remises en cause. Celle du père, lui-même socialement assujetti à l’archevêque de Salzbourg, sera la plus difficile. Mais Mozart finit par refuser le poids de la naissance sur le mérite individuel. Il s’installe à Vienne en 1781, s’y marie et travaille à son compte à ses risques et périls. On a toutefois relativisé l’idée de sa mort misérable développée par l’imagerie du XIXe siècle. Prendre conscience, par exemple, que la commande de l’opéra du couronnement de l’empereur d’Autriche en tant que roi de Hongrie lui est incombée à quatre mois de sa mort et qu’il a alors été payé autant que Haydn pour toute sa saison anglaise la même année, est assez éloquent de la reconnaissance de ses contemporains.

Leopold Mozart au violon, entouré de ses enfants, Carmontelle
© musée de Condé, Chantilly
   
   
Texte de Florence Badol-Bertrand