> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Histoire de l'instrument

Les origines



Musiques pour harpe bardique irlandaise, Turlough O'Carolan, concert, Cité de la musique, 19 juin 1999

Originaire d’Asie mineure (voir le dossier « Les harpes d’Afrique et d’Asie »), la harpe apparaît vers le IIIème millénaire avant Jésus-Christ sous la forme d’une harpe arquée puis, en Egypte, aux environs de 1500 ans environ avant Jésus-Christ une terre cuite révèle une harpe angulaire.

La harpe est importée en Europe occidentale jusqu’en Grèce vers le VIIIe siècle avant Jésus-Christ. Une harpe triangulaire est représentée sur un vase dans le cimetière d’Athènes : une colonne a été ajoutée pour consolider l’instrument. Elle présente les mêmes caractéristiques que celle retrouvée en Syrie, au Xe siècle avant Jésus-Christ sur le relief de Tell’Ades. Ce qui témoigne de l’échange culturel et commercial entre l’Orient et la Grèce.

Pendant tout le Moyen Âge occidental (Ve-VIe siècles - XIVe siècle), la harpe ne subit que très peu de modification : elle comporte entre 11 et 31 cordes en boyau, montées d’inégales longueurs jouées à vide. Sa console s’incurve et la colonne se bombe vers l’extérieur.
Les harpes romanes, assez trapues puis les harpes gothiques, élégantes,  à la colonne plus fine, ornent les manuscrits. Les harpes médiévales sont munies de harpions, qui servent à modifier le timbre et à renforcer le son.

C’est dans les pays celtiques puis nordiques que l’usage de la harpe devient courant. L’Irlande, au XIIIe siècle, inscrit la harpe triangulaire sur son blason. Légère et de petite taille, la harpe celtique est facilement transportable et devient l’instrument de prédilection des bardes, des poètes musiciens puis des gens de cour. La harpe irlandaise, plus haute,à la colonne fortement incurvée et munie de cordes métalliques est réputée pour la beauté de son timbre.

Mais le langage musical évolue au cours de la Renaissance (XIVe siècle – XVIe siècle): la musique polyphonique s’épanouit dans toute l’Europe occidentale. Resté diatonique, incapable de moduler, l’instrument est concurrencé par le luth, les claviers ou la guitare. Seule, la harpe irlandaise résiste mais disparaît à la fin du XVIIIe siècle pour renaître au début du XXe siècle.

Les luthiers des XVIe et XVIIe siècles  ne cessent d’expérimenter et d’inventer des systèmes de chromatisme : harpes à double rangée de cordes (58 cordes), harpes triples (78 cordes), harpes à crochets manuels. Il faut attendre la fin du XVII, en 1697, pour que la harpe sorte vraiment de son diatonisme. Un luthier bavarois, Jacob Hochbrucker (1673-vers 1763), a l’idée géniale d’utiliser les pieds du harpiste pour modifier l’accord de la harpe. Il crée la première harpe à pédales qui ouvre la voie à la harpe « moderne ».