> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Histoire de l'instrument...

Quelques harpes asiatiques







Deux types de harpes se sont répandus sur le continent asiatique : les harpes arquées et les harpes angulaires. Les premières se localisent dans le Sud et le Sud-Est de l’Asie où elles sont toujours jouées ; les harpes angulaires, qui ont pratiquement disparu, étaient à l’ouest du continent.  

Toutes deux se jouent à la verticale - les cordes sont alors pincées -ou à l’horizontale, le plectre venant frapper les cordes.  

La harpe arquée :  

originaire de Mésopotamie (3ème millénaire avant J.-C.), elle apparaît en Inde vers le IIe siècle avant J.C et se propage vers le sud-est et la Birmanie en suivant l’expansion du bouddhisme.      

La harpe classique birmane appelée Saung-Gauk, est attestée dès le VIIe siècle de notre ère, sur des reliefs des temples bouddhiques de l'ancien royaume de Sri Ksetra (situé sur le territoire de l’actuelle Birmanie).

Pourvue d’une dizaine de cordes de soie, sa caisse de résonance naviforme est prolongée par un manche en bois dont la courbure fortement accentuée évoque la queue relevée d’un poisson. Caisse et manche sont souvent rehaussés de feuilles d’argent ou d’or ornementées. Elle prend toujours place au sein de l’orchestre classique.  

La harpe angulaire :  

les représentations les plus anciennes proviennent de  Mésopotamie et datent du deuxième millénaire avant J.-C. Constituée de deux parties distinctes, elle se caractérise par l’ajout d’une colonne de soutien parallèle aux cordes.    

La harpe Chang, héritière des harpes sumériennes, occupa une place prépondérante en Iran pendant deux millénaires avant de disparaître au XVIIe siècle. Une de ses cousines, la harpe Changi, apparut en Géorgie vers le Xe siècle après J.C. Comme la harpe Chang, cette dernière était taillée dans une seule pièce de bois, et était munie de 6, 10 ou 11 cordes de soie. Elle était tenue verticalement sur les genoux. Elle possède de nos jours de 16 à 23 cordes et figure dans les orchestres folkloriques.

La harpe angulaire est parvenue en Asie centrale, probablement en suivant la Route de la Soie pour se répandre en Chine, sous la dynastie Han (111 après J.C) puis en Corée (les premiers bas-reliefs datent de l’époque Silla, 668-935 de notre ère) et au Japon (vers le VIIIe siècle ) sous le nom de Konghu ou Konghou. Elle est encore jouée de nos jours au sein des orchestres nationaux de musique classique.