> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Histoire de l'instrument...

Qu'est-ce qu'une vièle ?



Les vièles appartiennent à la catégorie des instruments à cordes (cordophones) et plus précisément à celle des luths frottés à archet. Elles se caractérisent par une caisse de résonance qui est soit emboîtée soit traversée par un manche, sur laquelle est fixée une table d’harmonie en bois ou, le plus souvent, une peau (de serpent, de lézard, de chèvre, de mouton) ou une fine membrane de poisson, suivant les ères géographiques.  

Au cours d’une histoire qui reste encore énigmatique, leur foyer d’origine se situerait en Asie centrale. Elles sont aujourd’hui largement répandues depuis le monde arabe jusqu’en Extrême-Orient, sous des formes et des vocables très variées (kamanche, rabab, sarangi, erhu…).

Parmi cette profusion d’instruments de tailles, de cordes, d’usages différents, quelques types fondamentaux peuvent être distingués :

les vièles à manche long à pique : instruments à long manche sans frettes, disjoint du corps et prolongé par une pique en dessous de la caisse de résonance, que l’on retrouve principalement au Moyen-Orient ou au Sud- Est asiatique.  Le kamanche, arméno- iranien est reconnaissable à la taille impressionnante de sa pique. Le saw-thaï de Thaïlande a une caisse ovale, bombée dans sa partie inférieure.

Le nom rabab, ou rebab, est source de confusion car il désigne à la fois des cordophones pincés ( les luths d’Afghanistan et d’Inde) et des cordophones frottés (les vièles d’Afrique du Nord mais aussi vièles à pique du Sud Est asiatique) :  le rabab javanais par exemple témoigne d’un grand raffinement dans sa facture notamment son corps en forme de cœur et son long manche effilé.

Les vièles à manche long sans pique : le kokyu japonais à la caisse de résonance carrée provient de la vièle chinoise erhu.  L’instrument emblématique de la république de Mongolie est la vièle morin huur, ornée d’une tête de cheval.       

Les vièles à manche court, monoxyle c'est-à-dire taillées dans une seule pièce de bois : le manche est une prolongation de la caisse de résonance. Ce type de vièles se décline en une famille d’instruments très diversifiés. Le  sarangi , petite vièle d’Inde nord, se compose d'un cheviller massif, d'un manche creux, rectiligne et d'un résonateur allongé et cintré en son milieu. Les vièles sorud et  sarinda, aux  caisses profondes à double échancrure, s’apparentent au sarangi.

Toutes les vièles se jouent avec un archet qui frotte les cordes. Il peut être plus ou moins courbe, ou même droit, semblable à l’archet du violon moderne. Certaines vièles à manche long ont une particularité : celles d’avoir un archet passé entre les cordes ; C’est le cas pour le tro-hu du Cambodge, le erh-hu et le hu-ch’in (ou Hou-k’in) chinois.    

fermer
Votre nom :

Votre email :

Destinataire :

Message :
fermer
fermer
URL :
fermer