> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Histoire de l'instrument...

Les usages



   El hiloua di : chanson populaire égyptienne, Sayed Darwish, comp., Fadhel Messaoudi, 'ud, 'ud Georges Nahat

Quelques soient les époques et les pays, le rôle premier du luth, comme celui de la vièle, est d’accompagner le chant, qu’il soit religieux ou profane, savant ou populaire. La poésie chantée est le genre musical par excellence de l’improvisation par laquelle le musicien peut exprimer, dans des compositions combinant rythme et mélodie, son talent musical et sa virtuosité.  

La prière et la méditation sont soutenues par le tanbur Kurdistan iranien tandis que le tanbur afghan est utilisé principalement dans la musique populaire traditionnelle. Dans certaines cultures, le luth devient l’instrument par excellence d’une musique d’art raffiné, comme le tanbur turc, le sitar de l’Inde du Nord ou le ‘ud qui, traditionnellement, accompagne le chant classique mais qui possède également un répertoire soliste.  

Au japon, le luth gakubiwa est l’instrument joué dans la musique de cour gagaku et dans d’autres traditions, comme celles du Turkestan, le tanbur est utilisé dans des musiques rituelles. Le rabab d’Afganistan assure quant à lui les deux fonctions. Il est considéré par les afghans comme l’instrument national. Le pipa occupe une place de choix dans les musiques chinoises, savantes aussi bien que populaires. Il offre une grande richesse d’expression : le musicien peut décrire, avec toute une technique de bruitage sur la table et les cordes, des scènes de bataille, aussi bien que développer un jeu mélodique en soliste ou en accompagnement du chant.  

Si le luth est prédisposé à une fonction d’accompagnement en soliste, il s’intègre néanmoins parfaitement au sein d’ensembles instrumentaux. En Azerbaïdjan, le luth tar est entouré du tambour daf et du kamanché, vièle à archet, pour interpréter le mugham, genre savant teinté d’influences turques et arabe. Dans la musique arabo-andalouse, on entend le ‘ud au côté des tambours tarr et daraboukka, du violon, de la flûte nay et de la cithare sur caisse qanun.