> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Histoire de l'instrument...

Les origines





 Tahmilah Rast : musique savante égyptienne, Fadhel Messaoudi, 'ud, 'ud Georges Nahat 

La question de l’origine des luths est complexe et source d’éternelles interrogations. Les plus anciens témoignages iconographiques nous informent sur la présence du luth au Moyen-Orient dès le IIIe millénaire. Notre connaissance de ses développements depuis la plus haute l’antiquité jusqu’au premier millénaire de notre ère ne nous donnent toutefois qu’une image fragmentaire de son histoire et de sa diffusion.  

Le terme générique luth se rapporte à la famille des cordophones et désigne un instrument à cordes pincées dont la caisse de résonance hémisphérique, ovale ou piriforme, est prolongée par un manche plus ou moins long, lisse ou doté de frettes, et le long duquel sont tendues des cordes.  

Deux types de luths se distinguent clairement : les luths à manche long, de type tanbur et les luths à manche court, comme le ‘ud ou le rabab.

     . Les hautes civilisations du Moyen-Orient nous livrent les témoignages les plus anciens de l’existence de luths à manche long : plus précisément en Mésopotamie et plus tard en Egypte (entre 1630 et 1539 avant J.C). Un luth en parfait état de conservation, muni de ses cordes, a été découvert à Thèbes, dans une tombe datant d’environ 1490 avant J.C. Ce type de luth, également représenté sur les fresques des nécropoles, a voyagé jusqu’en Afrique de l’Ouest où il est encore joué de nos jours.

     . Le luth à manche court a lui aussi des origines orientales. Des reliefs sculptés appartenant à la civilisation gréco-bouddique du Gandhâra (Afghanistan et Nord-Ouest de l’Inde), nous montrent ce type d’instrument à manche court et large caisse piriforme, pincé avec un plectre.  

Ce luth du Gandhâra a très certainement ensuite emprunté la route de la soie vers l’Est. Le pipa chinois ainsi que le biwa japonais en conservent aujourd’hui les traits frappants. Mais ce luth à manche court a aussi parcouru dans d’autres directions les vastes étendues de l’Asie centrale pour donner     naissance au  barbat de Transoxiane qui lui-même serait l’ancêtre du ‘ud.