> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Histoire de l'instrument

Qu'est-ce qu'un tambour ?






Le tambour appartient à la grande famille des instruments à percussions : pour produire un son, l’instrumentiste peut frapper, pilonner, secouer, entrechoquer, frotter, gratter ou pincer les objets.

Les spécialistes distinguent deux familles de percussions : les membranophones et les idiophones.  

Les tambours sont communément rangés dans la première catégorie, celle des membranophones frappés mais la question est en réalité plus complexe. Bien que les plus connus et les plus répandus, ils ne constituent en effet qu’une variété parmi d’autres.

 Les tambours membranophones se composent de trois éléments : une caisse (ou corps) de résonance, une peau de percussion (simple ou double), un système de tension qui relie les deux précédents éléments.

Ils sont le plus souvent classés en fonction de la forme du corps de résonance. Trois formes principales se dégagent :

la forme tubulaire. Cette catégorie, la plus importante, regroupe les > tambours cylindriques, aux côtés droits et dont la taille varie le plus, les > tambours coniques, aux côtés inclinés, les >tambours en tonneau, aux côtés bombés, les > tambours d’aisselle ou >tambours en sablier ont un fût cintré, les > tambours en gobelet sont en forme de coupe tandis que les > tambours sur pied ont généralement le pied découpé dans le corps même de l’instrument.

la forme hémisphérique. Elle caractérise les tambours en vase ou cuvette, dont > les timbales sont les plus représentatives.

la forme circulaire. De cette troisième catégorie font partie les > tambours sur cadre, dont la peau est tendue sur une armature.

Les tambours à fente, ou tambour de bois, sont des idiophones. Il en va de même pour les tambours d’acier, les tambours de sable, les tambours d’eau.        

Les tambours à friction sont, quant à eux, non pas frappés mais frictionnés, soit directement avec les doigts, soit, le plus souvent, avec une corde ou une tige.  

Simple ou double, la peau tendue est, le plus souvent, de chèvre ou d’agneau, parfois d’âne ou de buffle, plus rarement de reptile, de poisson, de requin ou d’éléphant. De nos jours, les matières synthétiques sont de plus en plus utilisées.

La membrane peut être collée, clouée, chevillée, ou lacée de différentes manières.  

La sonorité des tambours est d’une grande diversité, en fonction des formes, des dimensions, de la qualité de la peau. Mais plus encore, la grande variété de techniques de percussion enrichit et multiplie les possibilités sonores de l’instrument : la frappe peut se faire, avec la main - paume, doigt, poignet - avec des baguettes – fines, épaisses, garnies de feutre, cuir, caoutchouc ou ébonite –, avec des végétaux - herbes, feuilles - et même des queues d’animaux.  

fermer
Votre nom :

Votre email :

Destinataire :

Message :
fermer
fermer
URL :
fermer