> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Pièces emblématique du Musée

Guitare Jean-Nicolas Lambert, après 1758

numéro d'inventaire : E. 997.3.1
Guitare Jean-Nicolas Lambert, Paris, après 1758, E.997.3.1
Guitare Jean-Nicolas Lambert, Paris, après 1758, E.997.3.1
© Cité de la musique - Photo : Jean-Marc Anglès

Ecoutez... Folies d'Espagne (1761), Giacomo Merchi ; Gérard Rebours, guitare. Guitare Jean-Nicolas Lambert, après 1758, E. 997.3.1

Cette guitare, en dépit d'une certaine simplicité de décor, témoigne de la grande sûreté de facture. Issue des ateliers de Jean-Nicolas Lambert, elle se distingue par des aspects expérimentaux et novateurs affirmés, notamment une double table d'harmonie.

Du point de vue du style et de la forme, elle se rapproche des instruments dits « vieux Paris » construits en France durant la seconde moitié du XVIIIe siècle.

L'instrument a cinq chœurs en boyau. La couronne d'éclisses ainsi que le fond sont en érable verni brun rouge. Le manche est en bois dur laqué noir. Le cheviller est en bois dur plaqué sur ses deux faces d'ébène et fixé au manche par une enture en pointe. La table, en bois résineux, est renforcée de trois barres disposées de part et d'autre de la bouche. L'idée de la double table d'harmonie traduit la recherche d'un gain de puissance et d'une acoustique différente.

Cette innovation sera reprise plusieurs fois en France au siècle suivant, notamment par René Lacote, puis au début du XXe siècle par Lucien Gelas.

D'un point de vue musical, la seconde moitié du XVIIIe siècle correspond à un regain d'intérêt pour la guitare, prisée notamment par la bourgeoisie montante. Le goût pour les vaudevilles, pastorales et brunettes en acquièrent un nouvel agrément.

fermer
Votre nom :

Votre email :

Destinataire :

Message :
fermer
fermer
URL :
fermer