> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Musique de l'Inde du Nord

Le tala




Depuis des millénaires, l'Inde a développé l'un des système métrique et rythmique le plus complexe et savant du monde.

Le mot sanscrit tala signifie rythme . Il désigne aussi la paume de la main ou l'acte de frapper dans ses mains. Pratiqué librement lors de la récitation de textes liturgiques, l'accompagnement de frappements de mains, propre à la scansion des textes sanscrits, est appelé marga tala. Un autre type de tala,
desi tala, s'est développé au contact de la danse et de diverses formes musicales séculières.

Les deux formes rythmiques ont évolué au cours des siècles pour aboutir aujourd'hui à un système rythmique qui suscite un grand intérêt.

Le système rythmique indien obéit à une conception métrique très différente du système occidental classique : dans ce dernier, les mesures possèdent le même nombre d'unités de temps et se succèdent dans un déroulement linéaire. Le système indien répond à un tout autre principe, celui de cycle au sein duquel les "mesures" (vibhaga) peuvent avoir un nombre d'unités de temps ( matra) différent mais aussi avoir une articulation différente (temps fort sam et tali et temps faibles khali ).

Pour traduire le tala dans toute sa richesse et respecter la cohérence de cet ensemble rythmique, l'Inde est depuis des siècles le foyer d'évolution d'une extraordinaire variétés d'instruments à percussion .

Qu'il s'appelle pakhavaj, dholak ou tabla, le tambour est un élément indispensable à l'expression de la musique indienne. Inhérent au mythe, il est le symbole de la vibration sonore, qui, née de l'énergie créatrice primordiale, emplit le cosmos.

fermer
Votre nom :

Votre email :

Destinataire :

Message :
fermer
fermer
URL :
fermer