> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Musique de l'Inde du Nord

La musique hindoustanie


Il n'y a pas si longtemps encore, la musique de l'Inde du Nord (hindoustanie), aujourd'hui largement connue et appréciée à travers le monde, était une musique de cour, perpétuée par des familles de musiciens héréditaires et de courtisanes, danseuses et chanteuses au service de princes hindous et musulmans.

Au début du XIIIe siècle s'établit à Delhi une dynastie turco-afghane qui fonde un premier sultanat. La capitale devient l'un des hauts lieux culturels du monde où se pressent érudits, poètes, artisans, peintres et musiciens venus de Perse et d'Asie Centrale. Peu à peu, les traditions arabo-persanes coexistent avec les traditions spécifiquement indiennes. L'émergence de sultanats régionaux aux XIVe et XVe siècles favorisent liens et rapprochements entre une culture étrangère et les us et coutumes locales

C'est au cours de l'ère moghole que se développe une culture musicale indo-persane. Les miniatures indiennes et les chroniques impériales rédigées aux XVIe et XVIIe siècles témoignent du rôle prééminent de la musique dans les cours indiennes à cette époque.

L'empereur moghol Akbar (1556-1605), bâtisseur d'empire exceptionnel, souverain très cultivé et protecteur généreux des arts musicaux, convie à sa cour les plus éminents musiciens de l'époque : s'y côtoient chanteurs, indiens pour la grande majorité, et instrumentistes, pour la plupart originaires de Perse ou d'Asie centrale.

Instruments, formes musicales et répertoires indiens et persans se nourrissent d'influences réciproques jusque sous le règne de Shah Jahan (1628-1658).

fermer
Votre nom :

Votre email :

Destinataire :

Message :
fermer
fermer
URL :
fermer