> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Musique de l'Inde du Nord

Les origines




C'est à l'époque des premières invasions aryennes, situées autour de 900-800 avant J.C., qu'apparaissent les hymnes védiques.

Avant d'être écrits en sanscrit, ces textes sacrés, d'origine divine furent transmis oralement durant des siècles, grâce à un procédé élaboré de composition mnémotechnique. Le plus ancien, un recueil de plus de 1000 hymnes rituels que les prêtres récitaient pendant le culte, s'intitule le Rig Veda (« le savoir mis en strophes »).

Les trois autres textes qui composent les Veda sont le Yajur Veda (formules sacrificielles), l' Atharva Veda (incantations rituelles et magiques) et le Sama Veda (chants liturgiques.) C'est dans le Sama Veda qu'apparaissent les premières références musicales. Les psalmodies, ensembles de versets pour beaucoup issus du Rig Veda, étaient chantés sur trois notes s'étendant à peu près sur une tierce.

Dans les textes plus anciens, le son occupe une place prépondérante. Il est au coeur d'une cosmogonie qui a façonné la pensée indienne. Il existe sous deux formes : le son non manifesté (anahata nada), causal, participant de la vibration originelle qui aurait donné naissance à l'univers, et le son manifesté, l'effet, la conséquence, celui qui est perçu. Cette conception métaphysique explique à la fois l'origine du langage et celle de la musique. Elle est encore de nos jours omniprésente dans la société indienne et explique et le caractère sacré et un pouvoir que la musique y a toujours exercé.

Nous connaissons encore mal l'évolution de la musique indienne entre la période védique et les premiers siècles de notre ère. C'est à cette époque toutefois qu'est composé un très important traité d'art dramatique le Natya Shastra.

Considérée comme une véritable philosophie de l'art, la théorie esthétique exposée dans le Natya Shastra repose sur un concept-clé de la tradition artistique de l'Inde, celui du rasa (« saveur »). Celui-ci n' est pas une fin en soi mais un moyen de connaissance, une source de plaisir mais aussi d'enseignements propres à élever l'homme à la réalisation ultime consignée dans les Veda, celle de la libération de l'être.

fermer
Votre nom :

Votre email :

Destinataire :

Message :
fermer
fermer
URL :
fermer