> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Instruments du Musée

Luth Johann Christian Hoffmann, Leipzig, 1720

Numéro d'inventaire : E.529

Luth Johann Christian Hoffmann, Leipzig, 1720, E.529
© Cité de la musique - Photo : Jean-Marc Anglès

Ecoutez... Prélude en do majeur de Sylvius Leopold Weiss. Claire Antonini, luth. Luth fait par Johann Christian Hoffmann en 1720.

Ce bel instrument est intéressant à plus d'un titre. Par sa date tardive de construction : alors que l'Angleterre, l'Italie et la France se désintéressent du luth au profit du clavecin, l'Allemagne lui conserve un relatif intérêt jusqu'au milieu du XVIIIe siècle. D'autre part, son auteur, Johann Christian Hoffmann, est l'un des grands luthiers allemands, renommé de son vivant pour la qualité et la beauté de ses instruments comme en témoigne son contemporain Ernst Gottlieb Baron en 1727 : « Ses luths ont conquis la Hollande, l'Angleterre et la France » (Historisch-Theoretisch und Practische untersuchung des Instruments der Lauten). Enfin, son état de conservation est remarquable.

Le dos de ce luth à treize chœurs, enflé à la hauteur du chevalet, est constitué de onze côtes d'érable ondé de très belle qualité, séparées par des filets de bois noir. La brague est d'une seule pièce. La table d'harmonie, d'un épicéa assez serré, est en deux parties. La rose, d'un motif très original, est joliment réalisée et pourvue d'une frise. Le cheviller double est chantourné d'une seule pièce dans un bois dur teint en noir. Le fond est sculpté à l'extérieur en bas-relief selon des motifs de rinceaux dans le style de certains décors du XVIIIe siècle.

Johann Christian Hoffmann est contemporain de Jean-Sébastien Bach. Le célèbre compositeur a rarement écrit pour le luth. C'est le cas dans la Passion selon saint Jean (1723), la Trauerode (1727) et sa musique de mariage, Bauerkantate . Un doute subsiste pour ses morceaux en solo connus sous les titres de Lautenclavicymbel ou Lautenwerk : ont-ils été écrits pour luth ou clavecin ? Certains spécialistes pensent qu'ils ont été composés pour un clavecin à corde de boyau, donnant la puissance et la largeur de son indispensables à la musique de Bach.

fermer
Votre nom :

Votre email :

Destinataire :

Message :
fermer
fermer
URL :
fermer