> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Instruments du Musée

Saxophone baryton en mi bémol, Adolphe Sax, Paris, 1861

Numéro d'inventaire : E.996.18.1

Saxophone baryton en mi bémol, Adolphe Sax, Paris, 1861, E.996.18.1
© Cité de la musique - Photo : Jean- Marc Anglès

L'instrument, fabriqué en 1861 à Paris dans les ateliers de la rue Saint-Georges, est très proche de l'instrument présenté dans le brevet d'Adolphe Sax, père du saxophone, et montre la première forme de réalisation de l'instrument. La clef à bascule du si grave, située entre le corps et le pavillon, est une disposition qui disparaîtra peu de temps après Sax.

Ce n'est qu'aux alentours de 1850 que le saxophone reçoit une dénomination précise des registres. Ainsi, l'instrument en mi bémol, situé une octave en dessous du saxophone alto, est appelé ténor ou ténor-baryton, voire baryton-ténor, avant de prendre le nom de baryton.

L'exemplaire du Musée de la musique est en laiton, doté de 19 clefs pourvues de plaques rondes et plates. Le bocal est soudé, ce qui interdit de l'accorder. Un porte-partition est fixé sur le bocal. D'après son estampille, c'est un instrument de musique militaire qui a appartenu au 1er régiment de voltigeurs.

Peu utilisé dans la musique classique, le saxophone baryton a trouvé ses lettres de noblesse dans le jazz. Harry Carney (1910-1974) révèle le saxophone baryton dans l'orchestre de Duke Ellington en 1926 et ouvre la voie à Pepper Adams (1930-1986) auprès de Lucky Thompson, Serge Chaloff (1923-1957) chez Count Basie ou au côté de Woody Hermann (1913-1987), et l'incontournable Gerry Mulligan (1927-1996) devenu mondialement célèbre grâce au quartet qu'il fonde en 1952 avec, comme partenaire privilégié, le trompettiste Chet Baker.

fermer
Votre nom :

Votre email :

Destinataire :

Message :
fermer
fermer
URL :
fermer