> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Histoire de l'instrument

La facture instrumentale et la famille des saxophones

Saxophone soprano, Adolphe Sax, Paris, 1849, E.714. Saxophone ténor en si bémol, Adolphe Sax, Paris, 1854, E.716. Saxophone baryton en mi bémol, Adolphe Sax, Paris, 1856, E.717. © Cité de la musique - Photo : Albert Giordan
Musique de la Garde républicaine, Imprimerie Pellerin, imagerie d'Epinal n°126, © Paris, Musée national des arts et traditions populaires
Saxophone alto en mi bémol, Couesnon & Cie, Paris, XXe siècle, E.987.3.1, © Cité de la musique- Photo : Thierry Ollivier
Saxophone soprano en si bémol, Buffet-Crampon, Paris, 20e siècle, E.0919, © Cité de la musique - Photo : Thierry Ollivier

Le saxophone est un instrument d'une facture assez complexe et non une simple adaptation d'un bec de clarinette sur un tube de perce conique.

Il appartient à la famille des bois (comme la clarinette) bien qu'il soit fabriqué en alliage souvent nickelé, argenté ou doré.

L'instrument, de perce conique, est composé de trois parties soudées, le corps, la culasse et le pavillon, sur lesquelles viennent se fixer le bocal et le bec, ce dernier supportant l'anche simple. Des clefs (au nombre de 19 à 22 selon les membres de la famille) commandent l'ouverture et la fermeture des trous latéraux percés sur le corps. Le doigté du saxophone est une combinaison de ceux de la flûte et de la clarinette.

Après son installation à Paris en 1842, Sax crée une famille de saxophones qu'il divise en deux branches distinctes : les saxophones accordés en mi bémol et en si bémol destinés aux orchestres militaires, et ceux en fa et en do pour intégrer l'orchestre symphonique. Ces derniers déclinent au profit des premiers.
La famille reste donc composée de sept membres, dont deux ont un corps droit (sopranino et soprano), les autres ayant un pavillon recourbé vers le haut et un bocal coudé :

- le sopranino mi bémol : le plus aigu, rarement utilisé et uniquement dans les orchestres d'harmonie. Il a la tessiture de la petite clarinette ;
- le soprano si bémol : il sonne comme une clarinette, une quarte en dessous. Il tient le rôle du premier violon dans le quatuor ;
- le saxophone alto mi bémol : le plus utilisé dans l'orchestre, il sonne une quinte en dessous. Il tient le rôle du second violon dans le quatuor ;
- le saxophone ténor si bémol : une quarte en dessous, il sonne comme une clarinette basse. Il a le rôle de l'alto dans le quatuor ;
- le saxophone baryton mi bémol : il sonne une quinte en dessous ;
- le saxophone basse si bémol : il sonne une quarte plus bas ;
- le saxophone contrebasse mi bémol : il sonne une quinte en dessous. Il est rarement utilisé.

L'engouement de la part des musiciens de jazz pour le saxophone dans les années 1920 et son maintien dans les harmonies et les fanfares incitent d'autres maisons célèbres dans la facture des instruments à vent à se lancer dans sa fabrication. Le cadre européen de sa facture est vite dépassé : les anciennes Maisons Buffet-Crampon, Millereau, Gautrot, Selmer, Couesnon, déjà présentes à la fin du XIXe siècle, sont concurrencées par des marques nouvelles internationales : Adler, Huller (Allemagne), Yamaha (Japon), travaillent à améliorer les compétences de l'ensemble de la famille des saxophones : leur étendue est augmentée, la justesse est améliorée et leur mécanisme perfectionné. Le saxophone répond désormais aux exigences des musiciens et des compositeurs pour tous les styles de musique.

fermer
Votre nom :

Votre email :

Destinataire :

Message :
fermer
fermer
URL :
fermer