> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Histoire de l'instrument

L'invention du saxophone

Clarinette basse, Adolphe Sax, Paris, XIXe, E.1223 Basson, Adolphe Sax, Paris, XIXe, E.1465, © Cité de la musique - Photo : Albert Giordan
Saxophone ténor, Prestreau, Paris, fin XIXe, E.981.5.3, Saxophone alto en mi bémol, Adolphe Sax, Paris, fin XIXe, E.1685, © Cité de la musique - Photo : Albert Giordan
Saxophone soprano, Adolphe Sax, Paris, 1849, E.714, © Cité de la musique - Photo : Thierry Ollivier
Saxophone ténor en si bémol, Adolphe Sax, Paris, 1854, E.716 © Cité de la musique - Photo : Thierry Ollivier

Le saxophone est sans conteste l'instrument de musique qui a rendu célèbre dans le monde entier son inventeur, Adolphe Sax. Celui-ci commence ses premières recherches entre 1838 et 1840, sans doute en essayant de perfectionner la clarinette basse.

Pour ne rien divulguer de l'invention dont il déposera le brevet le 21 mars 1846, c'est derrière un rideau qu'elle est présentée en 1841 au jury de l'Exposition de l'industrie belge : le saxophon (ainsi appelé au début) est né.

L'année suivante, à Paris, il présente son instrument à Hector Berlioz qui loue sa sonorité dans le Journal des Débats du 12 juin 1842 : « Elle est de telle nature que je ne connais pas un instrument actuellement en usage qui puisse, sous ce rapport, lui être comparé. C'est plein, moelleux, vibrant, d'une force énorme, et susceptible d'être adouci ». Grâce à cet éloge et à celui de François Antoine Habeneck (chef d'orchestre de l'opéra de Paris), Sax est propulsé dans le monde musical parisien. C'est à Paris, où il établit une fabrique d'instruments de musique en juillet 1843, qu'il va mettre au point la famille complète des saxophones : le sopranino, le soprano, l'alto, le ténor, le baryton, la basse et la contrebasse.

Adolphe Sax est l'un des premiers à s'opposer à l'idée que le matériau utilisé joue un rôle primordial dans la sonorité d'un instrument. Il met au premier plan les proportions données à la colonne d'air, donc au tube (surtout au diamètre de la perce et à sa conicité plutôt qu'à la forme de l'enroulement). Cette constatation acoustique fondamentale est à la base de ses travaux et de leur réussite.

Sax retient l'idée du système de production des vibrations de la clarinette qu'il adapte à un instrument en cuivre, au départ de perce parabolique, muni d'un « bec à anche simple dont l'intérieur très évasé va en se rétrécissant à la partie qui vient s'adapter au corps de l'instrument » (brevet du 21 mars 1846).

fermer
Votre nom :

Votre email :

Destinataire :

Message :
fermer
fermer
URL :
fermer