> Dossiers pédagogiques > Instruments du Musée

Instruments du Musée

Synthétiseur modulaire, EMU, Etats-Unis, XXe siècle

Numéro d'inventaire : E.992.23.1

Synthétiseur modulaire, EMU,
Etats-Unis, XXe siècle, E.992.23.1
© Cité de la musique - Photo : Jean-Marc Anglès

Le Modular System, développé entre 1971 et 1973 par la société EMU System, révolutionne le monde de la création sonore. Equipé du premier clavier polyphonique contrôlé numériquement (Modular synth.), il offre désormais la possibilité d'émettre plusieurs notes simultanément (les modulaires dans les années 60 - Synket, Modular Moog, VCS-3... - étaient à une voix). Son clavier de 61 notes à gestion polyphonique autorise le jeu avec 4, 8, 16, 32 notes simultanées ou plus.

Le synthétiseur modulaire intègre dans sa conception initiale deux VCO, deux VCA, un générateur de bruit, trois modulateurs en anneau, quatre LFO, et un séquenceur analogique. D'une finition particulièrement soignée, les modules EMU possèdent en outre des oscillateurs d'une grande stabilité et des séquenceurs analogiques d'une grande précision.
De 1973 à 1981, EMU développe une centaine de modulaires. La majorité d'entre eux sont acquis par des universités - essentiellement américaines - comme supports pour étudier la synthèse.

L'exemplaire du Musée de la musique a été donné en 1993 par le musicien Frank Zappa, l'un des utilisateurs les plus connus des modulaires et l'un des rares à les avoir utilisés sur scène.

Patrick Gleeson a également utilisé les modulaires EMU en un impressionnant système regroupant plus de 90 oscillateurs (Rainbow Rising). S'ajoutent à la liste de ses prestigieux utilisateurs Herbie Hancock, John Mac Laughlin, John Adams, Vince Clarke, et le groupe Tangerine Dream.

fermer
Votre nom :

Votre email :

Destinataire :

Message :
fermer
fermer
URL :
fermer