> Dossiers pédagogiques > Expositions temporaires du Musée

Gainsbourg 2008

Introduction
 


Vue de l'exposition
© Cité de la musique - photo : Sébastien Mathé

Le Musée de la musique a consacré une exposition à Serge Gainsbourg (1928-1991) à l’heure où sa popularité prend une envergure internationale. Tandis qu’à Londres et à New York, la pop contemporaine découvre les talents de poète et de mélodiste du « French artist », Tokyo connaît une véritable « gainsbourgmania », mixant et « samplant » ses compositions.

Cette exposition est organisée grâce à des prêts exceptionnels consentis par la famille, et particulièrement Charlotte Gainsbourg, ainsi que par les proches de Serge Gainsbourg. Le Musée de la musique a confié le commissariat de ce projet à l’artiste et illustrateur sonore Frédéric Sanchez.

Tranchant avec les usages, à mi-chemin entre une exposition et une installation, le projet est l’hommage d’un artiste d’aujourd’hui à l’une des grandes personnalités musicales françaises du XXe siècle. Tour à tour peintre, écrivain, poète, auteur, interprète, compositeur, acteur, réalisateur, Serge Gainsbourg fut un artiste qui, sa vie durant, a utilisé l’image sous toutes ses formes et la sienne en particulier, donnant à voir un univers esthétique qui abolit les frontières entre «  arts majeurs » et « arts mineurs ».

L’exposition met en valeur les différents aspects de cette œuvre protéiforme, dont la particularité est d’avoir été pendant quarante ans, à l’instar de celle de David Bowie en Angleterre ou de Bob Dylan aux états-Unis, un catalyseur des époques. Gainsbourg a toujours été en avance sur son temps : son écriture, ses compositions, ses collaborations, ses orientations esthétiques et même la conduite de sa vie privée ont bien souvent précédé et influencé l’évolution des moeurs et celle des mouvements artistiques et culturels.

Il jouait avec les mots et les références, empruntait tant à la culture classique que populaire, décalait, transformait, arrangeait, inventant ainsi une nouvelle forme de composition faite de montages et de collages. L’exposition met en avant la modernité de son travail sur la musique, les mots et les images. Sampling, mixage, remixage, emprunt, citation, autocitation et détournement prédominent et préfigurent les images et les sons de la culture d’aujourd’hui.

Elle présente une centaine d’images animées, extraites de films et de documents audiovisuels, des photos… Le public y découvre également des objets ou œuvres d’art ayant appartenu à l’artiste, comme la statue de L’Homme à tête de chou de Claude Lalanne, qui lui a inspiré l’album du même nom, ou le tableau de Paul Klee, Mauvaises Nouvelles des étoiles (1913), qui a donné le titre de l’album de 1981. Le fameux Autoportrait peint en 1957, parfois reproduit, sera présenté pour la première fois au public ainsi qu’un grand nombre de manuscrits originaux, d’objets et d’écrits évoquant le travail d’écriture de Serge Gainsbourg.

Vanessa Paradis, Bambou, Alain Chamfort, Isabelle Adjani, Jane Birkin, Charlotte Gainsbourg, Catherine Deneuve, Jacques Dutronc, Lulu… Une œuvre sonore a été créée par Frédéric Sanchez à partir des textes de Gainsbourg lus par ces artistes qui ont à un moment croisé sa vie ou qui l’ont inspiré.  

L’exposition s’articule autour de quatre grandes périodes :

La « période bleue » (1958 - 1965)

Les idoles (1965 - 1969)

La décadanse (1969 - 1979)

Ecce homo (1979 - 1991)

Pour aller plus loin

Questionnaire :
Vérifiez vos connaissances
       
Médiathèque de la Cité de la musique - accueil