> Dossiers pédagogiques > Expositions temporaires du Musée

La voix du dragon

La recherche harmonique dans la musique chinoise
 

L'accord des « dix mille choses sous le Ciel » réalisé par la musique produit la joie - « joie » et « musique » correspondant à la même graphie chinoise - en réponse à celle qui est innée en tout être humain.

Si la musique exprime la joie, les rites la contiennent et la justifient. Utilisée comme une force apprivoisée par l'ordre social, elle doit diffuser la tempérance, reliant harmonieusement l'être humain à son environnement.

De même que sont répertoriées les perceptions des sens, les sons et les timbres, une fois nommés et classés, comptent cinq notes principales et huit sonorités -en corrélation avec d'autres acceptions comme les saveurs, les couleurs, les éléments, les directions cardinales, etc. Ces huit sonorités coïncident avec les matériaux qui entrent dans la fabrication des instruments de musique : le métal à partir duquel sont fondues les cloches, la pierre à partir de laquelle sont taillés les phonolithes, la soie qui vibre sur les cordophones, le bambou dont sont faites les flûtes, la calebasse qui sert de réservoir d'air pour les orgues à bouche, la terre dont est faite la flûte globulaire, le bois dans lequel sont façonnés les mortiers et râcleurs, la peau dont sont tendus les tambours.

Aussi, la mise en vibration de toutes les matières est-elle mise en concordance avec toutes les données existantes dans la nature, et vise ainsi à exprimer la cohésion de toutes choses et susciter l'harmonie.

Pour aller plus loin

Questionnaire :
Vérifiez vos connaissances
       
Médiathèque de la Cité de la musique - accueil