> Dossiers pédagogiques > Expositions temporaires du Musée

La voix du dragon

Les rites funéraires et les croyances dans l'Au-delà
 
Cercueil intérieur neiguan. Bois laqué. Site de Leigudun. Tombe du marquis Yi de Zeng, Suizhou, 1978, Hubei. L. : 250 cm ; l. : 127 cm ; H. : 132 cm ; P. : 3,5 tonnes ; Musée de la province du Hubei, Wuhan. Cercueil intérieur neiguan, bois laqué, site de Leigudun, tombe du marquis Yi de Zeng, Suizhou, 1978, Hubei, musée de la province du Hubei, Wuhan, © I.E.A.C, Midi-Pyrénées

Le programme funéraire de la tombe du marquis Yi de Zeng, qui s'inscrit dans les traditions régionales du royaume de Chu, correspond aussi aux conceptions philosophiques et aux croyances religieuses de son époque. Le riche mobilier funéraire - avec quelque sept mille pièces exhumées et dont certaines présentent un caractère exceptionnel - tout en affirmant le rang social et la prospérité de son propriétaire, était aussi destiné à satisfaire l'âme corporelle du défunt lors de son séjour souterrain.

Selon les croyances en vigueur, l'être humain possède, en effet, deux âmes qui se séparent à la mort : l'une spirituelle, hun, qui retourne au Ciel dans le domaine des Immortels, et l'autre, corporelle po, qui demeure un certain temps dans la sépulture avant de retourner aux Sources jaunes de la Terre. Mais l'existence souterraine de l'âme po serait conditionnée par les offrandes et la préservation du corps du défunt. Ceci explique, d'une part, l'abondance du mobilier funéraire destiné à lui assurer son rang et son cadre de vie et, d'autre part, le soin apporté à l'isolation de la tombe.

Le mort est aussi symboliquement protégé des esprits malfaisants par les « dieux-gardiens » figurés sur le cercueil intérieur du marquis, dont l'intérêt réside dans la qualité et la conservation de son décor peint laqué qui illustre les croyances dans l'au-delà.

Pour aller plus loin

Questionnaire :
Vérifiez vos connaissances
       
Médiathèque de la Cité de la musique - accueil